Pour une meilleure prise en charge de la dyslexie dans l’enseignement supérieur

Ça fait un petit moment que je n’ai pas réécrit sur le blog, ce ne sont pourtant pas les idées qui me manquent mais le temps et surement un peu l’envie aussi. Quoiqu’il en soit je fais mon come-back aujourd’hui pour vous parler d’un MOOC, et oui encore un MOOC !!! Celui-ci propose une formation en ligne autour de la prise en charge de la dyslexie dans l’enseignement supérieur et plus précisément à l’université.

Je suis assez heureuse de voir ce type de formations se développer car si souvent les enfants sont « globalement » bien pris en charge durant leur scolarité dans l’élémentaire, les choses se détériorent significativement avec l’arrivée dans le secondaire et dans le supérieur, je pense d’ailleurs qu’il serait  nécessaire de former davantage les enseignants du secondaire aux troubles dys dans le cadre de la formation initiale pour les nouveaux et dans celui de la formation continue pour les personnels en poste, ça devrait-être obligatoire !

Ben oui, il faudrait vraiment qu’on bouge sur ces questions en France et tous ! Personne ne peut y aller de son propre point de vue …  les troubles dys ne sont pas une vue de l’esprit comme je peux encore trop souvent l’entendre dans mon entourage. Pourquoi quasi systématiquement toujours remettre en cause le bien-fondé d’un diagnostic, notre objectif commun c’est bien la réussite (au sens large) des jeunes alors ne soyons pas si frileux.

Le MOOC « Étudiants dyslexiques dans mon amphi : comprendre et aider » proposé par l’ENS de Lyon sur la célèbre plateforme FUN offre une belle opportunité d’autoformation aux enseignants et à tous ceux qui travaillent de près ou de loin avec des jeunes possiblement dys.
Ce MOOC est organisé sur quatre séquences diffusées hebdomadairement à compter du 16 janvier 2018 et ouvertes à la lecture pendant huit semaines :

Séquence 1 Pourquoi s’intéresser à la dyslexie en tant qu’enseignant de l’enseignement supérieur ?
Séquence 2 La dyslexie chez les enfants : phénomènes et mécanismes.
Séquence 3 Les méthodes de caractérisation de la dyslexie.
Séquence 4 La dyslexie à l’université : ressentis et caractérisation.

A la fin de la formation vous pourrez même obtenir une attestation de suivi mais pour cela il faudra participer aux quizz ! C’est ludique en plus donc plus d’excuses !

Plus d’informations ici 

Pour suivre mes pérégrinations :
HELLOCOTON
FACEBOOK
TWITTER
INSTAGRAM

3 réflexions au sujet de « Pour une meilleure prise en charge de la dyslexie dans l’enseignement supérieur »

  1. C’est une bonne initiative cette formation. Il y a tellement de fantasmes sur la dyslexie, et autant de dyslexies que de dyslexiques.
    Les élèves dyslexiques se sentent parfois (souvent ?) incompris dans le supérieur, ils préfèrent, quand ils le peuvent le cacher quitte à ne pas bénéficier des aménagements aux examens et de ce fait avoir de moins bons résultats.
    J’ai entendu d’une étudiante en L3 que la première sélection au Master se faisait en virant d’office tous les dyslexiques. J’espère que ce n’est qu’une rumeur…

    Aimé par 1 personne

  2. Ce que les enseignants peuvent manquer de formation… Ça en est effrayant quand on sait qu’on leur confie les apprentissages de nos enfants !!! Merci pour l’information et j’espère qu’elle aidera des enseignants à s’auto former !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s