Non, les jeunes ne sont pas des incultes

Ce matin alors que je faisais un tour sur les réseaux sociaux j’ai lu un article très intéressant sur l’écriture inclusive, et puis j’ai pris connaissance des commentaires des internautes pros et antis… Un commentaire en particulier a retenu mon attention qui disait à propos d’un éditeur qui a sorti un manuel scolaire en écriture inclusive que c’était de l’enculage de mouche et que c’était aussi être certains que nos gosses allaient avoir un niveau encore plus catastrophique en français…et puis aussi « faut voir le niveau des examens 1ère année Droit et Science Po… des… QCM ! Oui oui, on en est là... on s’adapte à leur inculture, on nivelle par le bas » suit un lien vers un article de Bentolila paru dans le Figaro et qualifié « d’absolu » par notre commentateur. Soit, chacun ses références.

Interloquée je suis, à la lecture de ce post…un peu fâchée même, « faut voir le niveau des examens 1ère année Droit et Science Po… des… QCM »  What ? Je travaille à l’université, une université où justement il y a du droit et des sciences politiques, je suis formelle  les examens n’y prennent absolument pas la forme de QCM… je reçois chaque années les sujets pour traduction en Braille ou adaptations diverses et variées. Donc non non, on en est pas là. Bref continuons « on s’adapte à leur inculture »  là ça me fait carrément chier comment peut-on dire une chose pareille ? Ce sont nos enfants … il n’ont pas de culture ? Quelle culture leur fait défaut ? La CULTURE avec avec un grand Q heu… C… merde je suis fichue moi aussi … 😆

Arrêtons avec ce genre de discours dévalorisant, arrêtons de ne pas croire en nos jeunes, de leur dire qu’ils ne sont que des bons à rien (c’est déjà pas évident pour eux), nous avons tous une culture puisque nous sommes Humains. De quelle culture voulait-il parler ce commentateur, de culture cultivée, dominante, de celle des élites ? Je ne le saurai jamais parce que c’est aussi ça internet, chacun dit ce qu’il veut et les autres le comprennent également comme ils le souhaitent.
Allez  soyons fous et admettons que les jeunes soient des incultes. D’où vient-elle cette inculture ou plutôt la culture comment vient-elle ? Vous avez tous la réponse 🙂 ce sont nous les adultes qui sommes responsables de cette transmission ! c’est au cours des processus de socialisation ou éducatifs (c’est presque synonyme) que l’humain se cultive, intériorise les normes et les valeurs de sa culture d’appartenance, découvre son patrimoine. Chez l’enfant et le jeune la socialisation se joue essentiellement au sein des deux grands moments qui rythment sa vie : la famille et l’école (plus tard les groupes de pairs, le travail…). Alors qui sont les coupables, les parents, l’école, les politiques qui changent tous les quatre matins ? Certainement pas les jeunes en tout cas, posons-nous les bonnes questions.

Voilà j‘ai rédigé ce billet pour exprimer mon ras-le-bol de ce que l’on entend trop souvent au sujet de la jeunesse. Les jeunes ne savent plus parler, ni écrire… à cette affirmation je réponds que le français est une langue VIVANTE, la langue et sa grammaire telles qu’elles existent aujourd’hui seront peut-être l’équivalent de notre vieux français dans quelques centaines d’années, la langue bouge, évolue comme notre société ! Alors oui, c’est désagréable de lire un texte bourrés de fautes d’orthographe mais ça devient la norme… y compris dans la presse écrite, je relève quotidiennement des coquilles. 

Pour en revenir à nos histoires d’inclusion, les travaux des chercheurs en sciences de l’éducation nous apprennent que notre rapport au langage conditionne nos représentations, notre façon d’être au monde et qu’il est par conséquent à la fois un fabuleux instrument de domination  (et de différentiation sociale) et un puissant levier pour le changement. Il me semble donc évident que si la façon dont on use de la langue participe activement à faire évoluer nos représentations, alors, parler et écrire de manière inclusive ou tout du moins avoir conscience de cette possibilité et y être initié dès le plus jeune âge  participe à la mise en œuvre d’un modèle sociétal juste. Alors pourquoi pas ? Laissons cette liberté aux professeur-e-s et aux personnes qui le souhaitent.

Pour en savoir plus sur l’histoire de notre belle langue :REY, DUVAL, SIOUFFI, 2007, Mille ans de langue française, histoire d’une passion, I. Des origines au français moderne, Tempus, Perrin.
REY, DUVAL, SIOUFFI, 2007, Mille ans de langue française, histoire d’une passion, II. Nouveaux destins, Tempus, Perrin.

Sur l’écriture inclusive : le lien dans l’article qui renvoie sur France culture, et l’article du blog de Kiara Papillon

Sur les travaux des sociologues de l’éducation: Le langage et la langue chez Pierre Bourdieu, par Claude Le Manchec, Revue Le français aujourd’hui 2002/4 (n° 139), Cairn.Info

Retrouvez Freaky_Flow sur les réseaux sociaux :
HELLOCOTON
INSTAGRAM
FACEBOOK
TWITTER

 

4 réflexions au sujet de « Non, les jeunes ne sont pas des incultes »

  1. J’allais te dire que j’ai vu passer ce commentaire, effectivement. Après, pour les QCM, que te dire ? J’ai déjà eu affaire avec des QCM en concours … de première année de médecine, il y a 20 ans. Et on n’a jamais prétendu quelque rabais que ce soit pour ce concours là, il a toujours été réputé comme l’un des plus difficiles. Va répondre correctement, sur plusieurs centaines de questions, y compris de culture, à un QCM !

    Pour ce qui est de la culture et du manque de culture, effectivement, si ça baisse, il faudrait peut être se poser des questions ! L’écriture inclusive, effectivement, peut permettre d’accéder à plus d’égalité et ce n’est pas un mal, même si c’est fastidieux à lire mais cela vient du fait que c’est une nouveauté pour nous et que nous sommes à un âge où il est plus difficile de s’adapter à la nouveauté, de se remettre en question. Pour les enfants, qui baignent dedans, ça peut ne pas poser plus de problème que d’apprendre tourtes nos règles d’orthographe et de grammaire …

    J'aime

    • Je pense que c’est bien d’initier les petit garçon et les petites filles à parler de manière inclusive dés l’école maternelle, si les enfants prennent cette habitude à l’oral très jeunes il baigneront effectivement dedans et il leur paraitra certainement plus naturel qu’à nous d’utiliser l’écriture inclusive.

      J'aime

  2. Bravo pour cet article !
    J’ai l’exemple sous mes yeux. Je viens dun milieu très modeste et j’ai élevé seule mes 2 fils ds une banlieue un peu chaude.
    Aujourd’hui mon grand est ds une gde école parisienne très prestigieuse avec une tête bien pleine et bien faite comme on dit.
    Mon jeune est tdah ms après de grosses difficultés scolaires jusqu’au bac, il a enfin trouvé sa voie et s’est recyclé et les difficultés à apprendre ont enfin disparu.
    Ccl : des parents ouverts et attentifs (ça c’est moi 😁), des profs de zep super motivés, la bonne formation et notre jeunesse ira bien !
    Oui je sais : je suis fière de mes ptits gars ! Ms comme toutes les mamans, non ? 😉

    Aimé par 1 personne

    • Tu as raison Zouzou d’être fière ! on n’est pas assez fiers de notre jeunesse en France pourtant, ils n’en s’en sortent pas si mal. Et puis tu peux être fière de toi aussi. Même si je critique pas mal les profs et L’EN en général, je sais que c’est un métier difficile et peu valorisé.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s