C’est la rentrée : je vous parle du TDA/H

btdah1

Vous connaissez le TDA/H ? Heu… c’est le dernier soin esthétique à la mode ?
Mais non !!  c’est un trouble neuro-développemental chronique qui concerne de 3,5 à 5,6% des enfants d’âge scolaire en France (Lecendreux, 2011). Le trouble persiste dans 65% des cas à l’âge adulte (Faraone, 2006) , la prévalence en population adulte est estimée à 2,5% (Simon, 2009). Ce trouble se caractérise par : une inattention, des difficultés à se concentrer «je suis très facilement distrait a fortiori si ce dont il s’agit ne m’intéresse pas», une impulsivité marquée «j’agis avant de réfléchir», une agitation incessante «je bouge trop et je ne peux pas m’en empêcher».

Alors pourquoi je vous parle de cela… parce que c’est un trouble très invalidant qui impacte beaucoup la vie quotidienne et scolaire des enfants qui en sont atteints et de leurs proches, j’en sais quelque chose pour être la maman de l’un de ceux-là. C’est que le TDAH que vous connaissez tous sous le nom d’hyperactivité est encore un sujet sensible en France. Combien de fois ai-je vu des panneaux sur facebook  « arrêtez avec cette nouvelle excuse « mon enfant est hyperactif  » il est juste chiant et mal élevé » c’est dur quand même ! Et j’ajouterai que c’est bien mal connaitre le trouble, en effet,  l’hyperactivité n’est pas forcément présente, et si elle l’est elle a tendance à diminuer avec le temps, mon ado bouge beaucoup moins que lorsqu’il était enfant par exemple, l’hyperactivité se manifeste toujours mais de façon différente, l’inattention et l’impulsivité restent très marquées en revanche.

C’est finalement à l’école que se trouble pose finalement le plus de problèmes, le TDAH met en difficulté voire en échec scolaire la majorité des enfants qui en sont atteints,  ce sont d’ailleurs la plupart du temps ces difficultés scolaires qui mettent la puce à l’oreille aux parents. Pour reprendre mon exemple je peux dire sans exagérer que j’ai refait une seconde scolarité auprès de mon fils à la cherche ce qui pourrait l’aider, à expérimenter différentes façons d’apprendre et à me rendre compte du coût attentionnel énorme que cela représente pour lui d’organiser sa pensée, de construire un plan et de mettre en œuvre des stratégies de résolution. Il lui est presque impossible d’exécuter deux tâches de concert (écouter/écrire) sauf sur une durée très courte, il a également du mal à accepter de réfléchir avant d’écrire car cela requiert de pouvoir  supporter le manque et la frustration de ne pas tout savoir tout de suite.

Au final il a toujours beaucoup travaillé pour des résultats au ras des pâquerettes , et j’ai la plupart du temps été seule à tenter de l’aider parce que les enseignants (notamment à partir du secondaire) sont à quelques exceptions près souvent restés peu investis ou  pas autant qu’il aurait fallu pour lui  permettre de reprendre confiance en lui et en ses capacités à réussir.

Alors mon fils n’était-il tous simplement pas doué ? J’y ai cru un temps, j’ai souscris à l horrible idéologie du don, il était en sixième,  j’ai envisagé qu’il pouvait avoir une intelligence en dessous de la moyenne.  Comment un enfant qui travaille régulièrement et qui semble prêt pour son évaluation peut-il revenir avec des 4/20 ?  pourquoi éprouve-t-il autant de difficultés à écrire ses leçons et à faire ses devoirs, pourquoi son écriture et son orthographe sont-elles aussi mauvaises ? Comment cette école omniprésente, qui rythme la vie de famille toute entière peut-elle être aussi destructrice ? Il fallait comprendre ce qui n’allait pas.  J’ai donc entrepris une batterie de test psychométriques qui coûtent une blinde pour m’entendre dire ce que je soupçonnais déjà depuis la maternelle, votre fils à un TDAH… Toutes les personnes qui me disaient   « Ha!! mais il est hyperactif ton fils ! » lorsqu’il était enfant sur un ton condescendant du genre « tu n’as pas assez d’autorité » , ce sont en général ces mêmes personnes bien-pensantes qui postent les panneaux dont je parlais plus haut sur les réseaux sociaux, et bien ces personnes là peuvent sabrer le champagne ! La réalité est malheureusement moins rose pour une maman… une médication lui a été prescrite pour limiter l’hyperkinésie et l’aider à se concentrer,  puisque l’école ne pouvait pas s’adapter à lui, il fallait que lui s’y adapte, ce traitement l’a aidé un temps mais aujourd’hui il a décidé de vivre sans.

 

btdah16

 

Alors comment aurait-on pu faire pour éviter à cet enfant d’avoir à prendre cette médication pour parvenir à répondre aux attentes de l’école ? Et bien pas grand chose, avant tout mettre en œuvre une relation enseignant-élève basée sur la bienveillance, le dialogue,l’observation et le partenariat et quelques adaptations pédagogiques. Cet élève avec ses réussites et ses échecs que m’apprend-il ? Vous voyez, je pense qu’il existe bien une posture enseignante entre toute puissance « il me m’apprend rien » et impuissance « je ne peux rien faire« , en effet, n’est-ce pas fondamentalement l’autre qui nous permet de savoir qui nous sommes ? Ce que l’enseignant accepte de voir en l’élève ne dépend-il pas un peu de ce qu’il accepte de voir ou non en lui ? En effet si ce dernier ne veut ou ne peut voir (par manque de formation) ce que l’élève lui montre, ne refuse-t-il pas aussi  un peu d’interroger sa propre pratique et son propre savoir ?  La relation pédagogique ne peut faire l’économie de la rencontre humaine autour du savoir. Ce que je reproche aux enseignants c’est de trop souvent faire l’économie de cette rencontre humaine autour de la transmission, notamment à partir du secondaire. Je le vois bien avec mon fils, au collège et encore plus au lycée on est sous le coup de cette pédagogie traditionnelle, verticale, ou l’élève est un vase vide que l’on remplit et peu importe si ça déborde ! Les professeurs craignent-il de rompre l’égalité de traitement en refusant de prendre en considération les besoins spécifiques de certains élèves (TDA/H ou non d’ailleurs) ?

Malgré tous ces griefs, je pense qu’il n’est peut-être pas nécessaire de réformer de fond en comble notre système  éducatif  mais de lui donner les moyens de ses ambitions. Réduire le nombre d’élèves en classe y compris dans le secondaire, offrir une formation centrée sur les élèves à besoins particuliers à tous les enseignants et futurs enseignants  peuvent être des mesures de première intention.

Aujourd’hui c’est la rentrée pour mon grand, il entre en terminale, il s’est réorienté, pas le choix, son année de première économique et sociale a été difficile à tout point vue (il n’a pas été aidé, il n’y a pas mis du sien non plus…l’adolescence), j’espère que cette année sera meilleure, j’irai comme toujours rencontrer les professeurs et nous réunirons une équipe de suivi de scolarité pour mettre en place le plan  d’accompagnement dans lequel seront consignés les aménagements qui doivent être mis en place. A propos de la relation je n’insisterai pas trop car on va encore me regarder avec des yeux tout ronds et me rétorquer que le lycée compte 2000 élèves… L’année de mon fils dépendra en grande partie de l’équipe éducative et de son professeur principal, seront-ils sensibles aux élèves qui rencontrent des difficultés et aux des troubles des apprentissages ou seront-ils blasés …. je vous raconterai tout ça dans un prochain post !

Pour terminer je dirai que parfois j’ai l’impression que l’école n’assume pas les conséquences de sa massification, 80% d’une classe d’âge au bac … c’est génial mais il faut faire avec la diversité des publics, pourquoi cela semble-t-il si difficile ? Il me semble qu’à trop vouloir considérer les élèves égaux face aux savoirs (on sait qu’il ne le sont pas) on renforce finalement les inégalités,  plus équitable l’école permettrait à davantage d’élèves de réussir.

Pour plus d’info sur le TDA/H vous pouvez aller faire un tour sur le site des Hypersupers TDA/H france vous y trouverez une foule d’info et de conseils, des articles scientifiques etc… Dans un autre registre, je vous invite à découvrir le blog  Lynda Corazza ou Mamlynda, illustratrice et maman d’un enfant TDA/H, ces vignettes sont pleines d’humour, elles illustrent d’ailleurs cet article.

11 réflexions au sujet de « C’est la rentrée : je vous parle du TDA/H »

  1. Ping : Le debrief du week-end : entre couvrage de livres et blog hysteria – Le Bon Grelot

  2. Tellement vrai.
    Ma fille de 17 ans passe en terminale bac pro cuisine. elle a fait une 1ere bac technologique hôtellerie restauration après avoir fait une 2de pro cuisine.
    Je suis mère célibataire pour information et ai élevé ma fille quasi seule.
    Pour ma part, je sais qu’elle a un TDA mais elle n’a jamais été diagnostiquée. Pourtant suivi jusqu’en 5eme par un CMP et « perturbatrice » en classe depuis la maternelle… mais il semblerait qu’informer les parents que leur enfant puisse avoir ce trouble est une hérésie dans l’éducation nationale et les CMP… donc un parent qui s’inquiète et fait passer un test de dyslexie (car je ne connaissais que ça en fait) est un em…….eur.
    Est ce que ça pourrait lui apporter quelque chose de faire un diagnostique aussi tard?
    En tout cas, bravo pour vos articles (même si je suis addict à GOT 😉 ).

    J'aime

    • Salut Blandine!
      Je n’ai rien contre les addicts a GOT !!! il le sont tous autour de moi 🙂 J’ai moi aussi élevé mon fils quasi seule… effectivement un diagnostique à 17 ans, si elle va bien, je suis comme toi je ne vois pas trop l’intérêt. C’est drôle l’école active des soutiens (dans l’élémentaire) mon fils par exemple était suivi au rased, mais jamais on ne m’a dit de quel type de difficultés il pouvait bien s’agir… tout simplement parce que je pense que les maitres E sont encore largement d’obédience psychologique voire psychanalytique, le TDAH ne serait pas un trouble neuro-développemental mais un symptôme… Avec l’avancée des neurosciences et le travail des associations (et des parents!) on peut espérer un changement dans les années à venir (il est déjà en marche). Au fait si tu aimes mon blog (merci c’est gentil) tu peux liker ma page facebook pour voir mes derniers articles !https://www.facebook.com/lebongrelot/ Bonne journée !

      J'aime

  3. Merci pour votre témoignage, beaucoup d’éléments font échos à l’histoire de mon fils élève en 5 ème et tda. La difficulté de faire accepter et reconnaître son trouble, les gens qui pensent que c’est la faute des parents s’il bouge tout le temps et s’il est inatentif…

    J'aime

    • Bonjour Isabelle,
      Merci pour votre gentil message, oui je crois que l’on culpabilise beaucoup trop les parents, et qu’en France on a un problème avec le TDAH, avez-vous vous ce fabuleux article du Huffington post posté sur le groupe des Hyper Super ? il est très représentatif de la sclérose française autour de ce trouble …

      J'aime

  4. Bonjour,
    Le regard de l’autre est terrible sur nos enfants et l’autre c’est l’entourage, les enseignants, les encadrants sportifs et même les jeunes de leur âge.
    Mon fils est en terminal S, il est suivi depuis l’âge de 3 ans, et est sous traitement depuis le cp, depuis le lycée il le prend essentiellement pour sa scolarité.
    Il a fait plusieurs établissements, en fin de 3ème le collège voulait l’orienter en CAP, pour le lycée nous avons fait le choix du privé et nous ne le regrettons pas. Nous avons du nous battre pour qu’il passe en S et du à nouveau changer d’établissement. Aujourd’hui il est toujours en privée mais petite structure ou il y a 25 élèves par classe, ou les enseignants et les élèves sont formés à l’accueil, à l’entraide et ça marche !
    Mon fils est épanoui, a des vrais amis. Ses enseignants sont à son écoute et au notre aussi, les résultats sont là (11 de moyenne en 1er).
    Il n’est jamais trop tard pour faire diagnostiquer un enfant, il y a des spécialiste pour les ado, mon fils est suivi par l’un d’eux, c’est grâce à lui qu’il se bat pour réussir.
    La route est encore longue pour lui (il veut être kiné depuis toujours) et nous allons tout faire pour qu’il y arrive.
    Bon courage et bonne route à vos enfants.

    Aimé par 1 personne

  5. Ping : Mon rééquilibrage alimentaire ce fiasco…

  6. Ping : Moms just wanna have fun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s